Forum de discussions autour du monde féerique
 
CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoire du monde d'Anariëll...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amarië Arywen
Elenna
Elenna


Féminin Nombre de messages : 878
Age : 22
Date d'inscription : 11/04/2007

MessageSujet: Histoire du monde d'Anariëll...   Mer 3 Oct - 9:42

J'ai commencé à écrire un livre et je me suis dit que ce serait sympa si on avançait ensemble dans l'histoire...
Comme ça dès que je ferai un chapitre en plus, je le metterai directement sur le fofo!!!
Allez c'est parti...
(bon j'ai vu qu'on ne pouvait âs écrire de très long textes alors je met déja le permier chapitre et les autres je les metterais dans des réponses au topic...)


Le monde d’Anariëll




Au départ le monde d’ Anariëll n’était qu’une boule de fumée multicolore, voguant dans l’espace…

Puis un jour une comète constituée d’eau et de feu frappa Anariëll. Une explosion de couleurs et de magie colora tout l’univers. Le mélange d’eau et des atomes de fumées de firent qu’un, se qui créa une drôle de matière méconnue des humains. Pendant des millions d’années l’eau s’éparpilla où elle le désirait et le feu resta au centre de la boule de matière. L’eau fut bientôt habitée de toutes sortes d’animaux étranges qui évoluèrent au fil du temps…

Des plantes poussèrent et l’étrange fumée forma un cercle de prospérité autour de la planète. Des geysers de rêves et des lacs de pensées se formèrent. Des collines magiques et des arbres enchantés.

Vint un jour où l’humains, dans une de ces expéditions dans l’espace, découvrit cette planète .Ils la nommèrent et s’y installèrent. L’air qu’on y respirait était pur et il transforma les mentalités des humains et y ôta l’agressivité et l’égoïsme.. Longtemps ils parlèrent une langue qu’ils inventèrent : L’Arawël. Durant des milliers d’années les humains créèrent des habitations médiévales et des routes… ils firent des livres sur leur monde…mais on ne s’y déplaçait qu’a cheval et l’air ne fut point souillé.

Le relief était assez étrange car malgré les multiples chaînes de montagnes, a leurs pieds des océans immenses pouvait s’étendre et les villes se parsemait ici et là dans les plaines et les collines. On classait les humains selon leur race mentale, spirituelle et aussi selon leur race physique. Ainsi un homme se disait : « Je suis Alemnä Ir-Nlassai (nom et prénom), de la race des Niniar (race mentale) Loaoh (physique) ».



Chapitre 1.


Ainsi Anariëll fut habitée et quasiment toute sa surface peuplée d’humains et leurs habitations .Malheureusement, la population ne put prospérer que quelques milliers d’années car bientôt des créatures arrivèrent sur la planète et voulurent y établirent domicile. On les nommait Zu’Yarr et leur apparence était bien différente de celle des humains : leur chair était bleue ou mauve et leurs yeux démesurés de couleur or brillait dans la nuit et de longues mèches noires s’échappait de leur crânes pour aller jusqu'à leurs chevilles. Leur dos était voûté et leurs pieds démesurés possédaient de longs orteils pointus et crochus ainsi que leurs doigts. Une queue touffue se terminant par une lame acérée complétait le tableau. Deux longues dents dépassaient de ses lèvres rouge sang et leur nez était quasiment inexistant. Ils ne semblait connaître que la guerre et lorsqu’ils virent que la planète était habitée ils se mirent dans une rage folle et se mirent à détruire tout ce qui se tenait sur leur route. Les humains pacifiques ne purent se défendre car ils n’étaient pas habitués à ce genre d’attaque…

Tous se sauvèrent et se réfugièrent dans les grottes pendant de longs mois. Bientôt les villages brûlés ne firent que des ruines isolées et les Zu’Yarr répandait partout leur haleine polluée si bien que les pauvres humains qui se trouvèrent dans le passage de ces créatures furent bien vites intoxiqués.

L’époque du paradis et du bien être était terminée t la belle couleur d’ Anariëll se transforma en un gris verdâtre. Dans les grottes certains priaient, d’autres s’entraînaient a combattrent et forgeaient des armes, d’autres pleuraient et d’autres mettaient en œuvres des plants irréalisable…

On était en l’an 4602 après l’arrivée des humains sur Anariëll lorsque dans le pays retiré de Oh’Minarynn, une adolescente de quatorze ans découvre au fond de la grotte qu’elle habite avec ses parents, un passage étroit entre deux pierres…

Celle-ci lance un cailloux pour apercevoir la profondeur du passage et le sons qu’aurait du produire le galet contre le fond ne se fit pas : le passage devait déboucher quelque part. La jeune fille, armée de tout son courage et d’une torche s’engagea dans le passage ou elle avait du mal a circuler…

Quelques minutes plus tard une lumière se fit, à plusieurs mètres d’elle. Le plafond prit plus d’un mètre de haut et elle pu enfin se mettre debout. Des murs s’écartèrent et elle se retrouva dans une pièce circulaire, taillée dans la roche, où ne se trouvait aucun mobilier a part un petit bureau, une pile de livre, une chaise et une fenêtre. L jeune fille s’approcha de cette dernière pour y regarder et découvrit un spectacle sensationnel : une falaise descendait a pic et au loin on distinguait un océan surplombé d’un soleil rouge qui dispersait sont reflet parmi les vagues et l’écume. Le spectacle était si époustouflant qu’elle n’entendit pas une porte cachée discrètement dans la roche s’ouvrir, et laisser un vieillard entrer dans la pièce. Celui-ci observa d’un regard étonné la jeune fille sorite de nulle part durant un court instant puis l’interpella :

« Bonjours jeune fille, que fait-tu donc ici ? »La jeune fille se retourna et lui répondit :

- Bonjour je suis désolée de vous déranger je vient de ce trou…

elle montra du doigt l’endroit d’où elle venait mais il n’y avait rien !! Elle pensa à s’enfuir mais elle ne voyait pas d’autre issue que celle derrière le vieil homme.

-Je…je…suis perdue et je …qui êtes vous ??

-Bonjour je me nomme Tëniemann Ar’ Nisselian, de ma race des Yssyae Joraam mais vu mon grand âge tu ne dois pas me reconnaître sous un Joraam.

La jeune fille de réagit pas a sa race physique mais a la mentale, elle n’avait jamais entendu parlé d’un certaine race Yssyae…elle répondit tout de même :

-Moi c’est Léanëll Sir’Nissiëll, de la race des Sélimn Konnéh.

-Joli nom, mais dit moi tu ne vient pas d’ici…Les derniers Sir’ Nissiëll se trouve de l’autre côté du grand lac près de la montagne d’argent, que fait tu donc ici ?

-Comment savez-vous tout ça de ma famille ?Et puis dans ces moments on ne vit plus comme avant et voilà bientôt deux ans que ma famille et moi avons déménager dans une grotte sûre…

- De quelles perturbations parles-tu ? Je suis très bien ici moi et je n’ai pas besoin de me cacher dans des grottes !!!

-Mais…mais je ne comprend pas maman m’avait dit que tout le pays était touché !!!

-Mais touché par quoi je ne comprends plus rien !!!!!

-Ne vous énervez pas monsieur c’est les Zu’Yarr qui sont arrivés envahirent notre planète…

-Mmm…je vois …par où dit-tu être arrivée ?

-Justement je croyais que c’était par un trou dans ce mur mais il n’y est plus !!!

-Comment s’appelle « notre » monde ?

-Vous ne le savez pas ? C’est Anariëll…

-Eh bien je t’ai posé cette question car nous n’habitons pas la même planète. Tu es ici avec moi sur la planète dite verte, la planète très petite d’ Olaharë. C’est très étrange je n’avait jamais entendu parlé de cette planète…Anariëll…Mais tu vas devoir rester ici avec moi car je ne voit pas comment tu peut rentrer chez toi puisque le « passage » est fermé.

En entendant ces paroles la jeune fille fondit en larmes…

-Je ne veux pas !!! Je veux ma maman !!! Je veux pas rester avec un vieux fou comme vous et puis j’ai jamais voulu arriver ici…

Choquer par ces paroles, le vieillard l’observa longuement afin de la laisser de calmer. Il prit la parole doucement :

-Ecoute-moi jeune fille, moi je n’y suis pour rien et si tu considères que je ne suis qu’un, comment as-tu dit ? un vieux fou et bien c’est ce que tu pense car lorsqu’un a atteint un certains âge on sait bien plus de choses comme le fait que tu est bel et bien coincé ici et que ce n’est pas moi qui t’est forcé a utiliser ce stupide « passage » invisible !!!

A la fin de son monologue il avait subitement haussé la vois ce qui avait un peu terrorisez la jeune fille car sa longue barbe voletait autour de lui et ses yeux argent brillait et lançaient des éclairs. Seulement cela eu le bienfait de calmer Léanëll et de lui faire regarder la vérité en face.

-Vous vivez seul ? Je peux visiter ? Puisque nous allons devoir vivre ensemble autant que je m’y retrouve…Teniemann se rendit alors compte d’une réalité : il allait vivre avec une jeune fille et il ne savait pas du tout ce qu’il devait faire, se comporter comme une mère ou fallait t-il beaucoup ka nourrir ? Il ne savait rien de la façon d’éduquer un enfant et cette idée le fit tout d’un coup paniquer…

-Excuse-moi je ne sais pas…je comment et …et puis quoi…rester là…Son air perplexe fit rire Léa et cela détendit l’atmosphère car le rire de l’enfant était si communicatif que le vieille homme rit autant qu’il put.

Il y avait si longtemps qu’il n’avait pas rit.

Début d’une longue amitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amarië Arywen
Elenna
Elenna


Féminin Nombre de messages : 878
Age : 22
Date d'inscription : 11/04/2007

MessageSujet: Re: Histoire du monde d'Anariëll...   Mer 3 Oct - 9:42

Chapitre 2.


Ils étaient assis tranquillement près du feu et autour d’eux les conversations étaient joyeuses et les voix enjouées. C’était le veille de la grande fête de Cara’nillal et cela promettait d’être beau : des milliers de chevaliers s’envoleraient dans les cieux, sur leurs fidèles dragons avant de laisser derrière eux un peu de poudre d’arc en ciel afin de colorer le ciel de toutes les couleurs. En face d’elle Tëniemann, qu’elle nommait plutôt Tëni buvait un liquide bleuté et légèrement vaporeux, entre le liquide et le gaz. Léa avait préférée prendre un simple jus de Yékélu. La taverne dans laquelle ils s’étaient rendus après avoir fait la courte visite de la petite maison-grotte de Tëni était peu décorée mais l’ambiance qui y régnait la rendait aussi chaleureuse que s’il s’agissait du salon d’une vieille grand-mère gâteuse. Les tables massives étaient de bois et les gens étaient assis sur des tabourets ou des bancs, excepté un homme étrange au fond de la pièce. Il fumait un cigare et son regard était si malveillant que Léa eu du mal à le regarder plus de quelques secondes. Il était richement vêtu et de nombreuses serveuses s’affaissait autour de lui, leur demandant leurs services, le servant de mets délicieux, le repeignant et le parfumant. La jeune fille se demanda ce que faisait un homme qui avait une apparence d’homme riche dans une taverne si rustique et avant même qu’elle posa cette question a Tëni qu’il lui répondait déjà :

-Toutes les tavernes de la ville sont fermée a causes des préparatifs pour demain et l’homme que tu observe depuis quelques instants est un riche journaliste qui recherche sûrement de quoi satisfaire son envie d’écrire toutes sortes de mensonges. Le regard que lançait le vielle homme témoignait de la haine qu’il avait pour l’étrange homme du fond.

-Comment s’appelle t-il ?

-Sir’ Nahimbah

-Pourquoi tu ne l’aimes pas ?

-Mais je n’ai jamais dit cela !!!

-mais j’ai vu dans ton…

-Bon d’accord je sais tu as encore vu dans mon regard, en effet je ne l’aime pas beaucoup car il s’amuse a écrire des mensonges dans ces journaux et tout le monde le croit…

Sans demander autre chose la jeune fille se retira discrètement alors que Tëni regardait autre part et elle courut jusqu’à la table du fond. L’homme lui jeta un regard intriqué et avant même qu’il eut le temps de lui adresser la moindre remarque elle lui dit :

-Bonjour Sir’ Nahimbah je me nomme Léanëll et j’ai une question à vous poser.

L’Homme ne fut plus surprit que cette jeune fille lui parle car il se dit que c’était une de ses nombreuse fan qui allait lui demander si il allait écrire dans son magazine favori et prit son sourire le plus chaleureux pour lui répondre :

-Bonjour jeune fille pose donc ta question je suis tout a toi…

-Pourquoi racontez-vous des mensonges ?

Sa voix était dure mais ferme et sous l’effet de la surprise, l’homme s’étouffa avec la fumée de son cigare et hurla, le visage tout rouge :

-Quelle question !!!Je t’en pose moi !!!!Et que fait-tu ici ?!!!!!!!Sait-tu que je suis le plus grand journaliste du monde et ut n’as pas a me parler comme cela !!!!!!!!!!!!!!!!

Malgré les cris de l’homme Léa prit un air étonné et lui répondit d’une voix dure tandis que des serveuses s’affaissaient autour du prétentieux, a lui rajustez son Dinihal (vêtement d’homme riche) et de le recoiffer.

-Tu n’es pas très poli et tu n’as même pas répondu à ma question, drôle de bonhomme. En plus ce n’est pas toi le plus grand journaliste au monde : tu fait a peine 1m 60, chez moj les homme atteignent les deux mètres.

Surpris par l’innocente réponse de l’enfant l’homme devint soudain interressé par la jeune fille :

-Mais dit-moi d’où viens-tu petite, où donc les hommes sont grands ?

L’enfant s’apprêtait à répondre qu’elle venait d’un autre monde mais Tëni, apeuré, prit l’enfant par les épaules et l’entraîna loin de Sir’ Nahimbah.

-Attendez monsieur je n’ai pas fini de questionner cette jeune…

Il n’eut pas le temps de finir mais savait au fond qu’une piste s’ouvrait à lui. Il mènerait une enquête et découvrirait d’où vient le jeune fille car aucune tribu d’une monde n’était connue pour la taille grandiose des hommes. Si il découvrirait un pays de grands hommes, il deviendrait encore plus riche et connu !!! Lentement il se leva et annonça aux servantes qu’il s’en allait. Laissa rapidement un gros billet sur la table et sortit de la taverne, un léger sourire aux lèvres.

A quelques rues de là, un vieil homme disputait une jeune enfant, elle devait avoir une dizaine d’années et son regard brillait dans la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amarië Arywen
Elenna
Elenna


Féminin Nombre de messages : 878
Age : 22
Date d'inscription : 11/04/2007

MessageSujet: Re: Histoire du monde d'Anariëll...   Mer 3 Oct - 9:43

Chapitre 3.






Dans son lit improvisé, Léa rêvait. La vive conversation qu’elle venait d’avoir avec Tëni ne l’attristait pas mais elle ne comprenait pas le sens de sa colère. Il l’avait longuement réprimandé sur sa conduite, comme quoi elle n’aurai pas du aller vers le « Monsieur » et qu’elle aurait du lui parler gentiment car sa aurait pu mal tourner. « Mal tourner », qu’es-ce que cela signifiait ? Elle n’avait qu’une dizaine d’années et ce genre d’expression restaient inconnus pour elle. Surtout que même si le langage de ce monde était très semblable a celui de son monde, elle ne comprenait pas certaines choses. Léa n’avait pas osée le dire à Tëni et elle se sentait coupable. Malgré la fatigue toutes les émotions de la journée l’empêchaient de dormir et elle ne s’endormit qu’à une heure avancée dans la nuit, alors que même les loups n’hurlaient plus et même les Narimbïl dormaient.

Une douce lumière lui caressait le visage, non c’était plutôt quelque chose de vraiment très doux comme…une boule de poil !!!

Oui c’était une grosse touffe violette qui se baladait sur sa tête…

Elle posa la main sur cette étrange « chose » et celle-ci lui montra deux gros yeux d’un noir tout brillant et Léa le prit dans ces bras : c’était doux et ça sentait bon la violette…

La porte s’ouvrit et Tëni apparut, vêtu d’une longue robe de chambre bleue ciel et d’u plateau recouvert de beignets et d’un verre rempli d’un étrange liquide doré.

-Ah tu es réveillée sa tombe bien regarde ce qu’il y a de bon a manger.Et tu as mêm fait la connaissance de Pouitï je vois !!!

-Pouitï ?

-Oui c’est la boule de poil que tu tiens entre tes mains, c’est un petit animal très câlin qui se nourrit de baies et des rêves des enfants aussi. Il a l’air de t’apprécier…

-Oui je l’aime beaucoup moi aussi il est tout doux !!!

-Voici ton petit déjeuner, Léanëll…

-C’est quoi ce drôle de liquide dans le verre ?

-Du jus de Canaï, c’est un poisson long de quelques mètres qui est très abondant dans le lac de Lérénill, je te donnerait un jour une carte que tu voit à quoi de monde ressemble…

-Oui car je suis un peu perdue, mais bon ce que je sais en ce moment c’est que j’ai très faim.

Un sourire illumina le visage de Tëni, s’occuper de cette petite serait plus un plaisir qu’autre chose, et cela briserait un peu la solitude monotone dans laquelle vivait Tëni auparavant…

Il prépara un bain chaud pour la petite en attendant qu’elle finisse son déjeuner, il était tard déjà dans la matinée et heureusement que la grande fête de Cara’nillal se déroulait au coucher du soleil, alors que les rayons de celui-ci illumineront le ciel d’une douce lumière mauve et rose.

Léanëll dévora les beignet puis goûta le jus de Canaï, ce n’était vraiment pas mauvais, même très bon en y repensant. Le goût ressemblait a celui du miel et de la cannelle mais on percevait quelque chose de légèrement acide…

Après son long bain parfumé, elle enfila les habits que Tëni lui avait offert la veille : une longue robe rose pâle avec des reflets mauves, typique du pays, avec des chaussures pointues en peau de « Tysann » une sorte de dragon miniature comestible, fermée avec un lien rouge, magnifique…Ses cheveux était noués en chignons, avec deux petites nattes sur les côtés et une grosse fleur de lys dans les cheveux, il fallait qu’elle soit belle pour la fête !!!

Jamais, en se regardant dans un miroir, la petite fille ne s’était trouvée aussi jolie…Cela faisait plus de trois ans qu’elle n’avait pas eu de si beau habits !!!

Tëni apparu enfin dans la pièce qui servait de chambre à Léa, vêtu d’une robe comme elle mais bleue et argenté, ce qui allait très bien avec sa chevelure !!!

Tout les deux il sortit de la caban de Tëni, car c’était une cabane : en bois et pierre, accrochée a la montagne, entre ciel et terre, elle surplombait la ville, Né-Saiyal’ que l’on distinguait en sortant de la demeure de Tëni. Pour aller en ville, dans l’auberge, la veille, Tëni et Léa avaient emprunté un chemin sinueux entre les pins centenaires et les ronces, mais cette fois-ci, Tëni dit à Léa :

-Nous ne marcherons pas cette fois ci.

-Pourquoi ? On ne va pas en ville ?

-Si, mais il faut que tu vois comment les véritable Naoh, habitant du pays Nahoha, se déplace, le plus souvent.

Sur ces mots, il contourna la maison et s’engagea dans une grotte cachée derrière un gros buisson, Léa le suivit, étonné des drôle de cris qu’elle entendait sortir de la grotte, et qui devenaient de plus en forts et graves…

Prudemment, elle s’engagea dans la grotte, et ne retint pas de cri de surprise : Un énorme dragon, allongé sur un flanc, dormait en ronflant. Il était magnifique.

La première chose que Léa remarqua, se fut les immenses pics le long de la colonne vertébrale du monstre et sa queue de plusieurs mètres. Il était couvert d’écailles rouges, orange, jaunes, violettes et parfois fushia .Ses pattes de devant étaient croisées sous la tête du dragon et elles possédaient d’énormes griffes pointues et tranchantes, mieux valait ne pas être l’ennemi du monstre !!!

La salle circulaire, taillée dans la pierre, était illuminée par de grandes torches sur les murs, les flammes créant de longs reflets effrayants sur le corps de la créature. Couché, le dragon faisait 4 mètres du sol au plus haut de son dos. Un gros diamant rouge flamboyant surmontait son front et deux énormes dents dépassaient de sa gueule. Tëni avançait, se dirigeait vers le monstre.

-Bonjour mon grand, comment vas-tu ?

Un grondement sourd résonna dans la grotte.

Deux grands yeux s’ouvrirent.

Magnifiques.

Dorés et oranges, ils illuminaient la salle mieux que les torches et faisaient ressentir la grande intelligence de la créature.

-Je te présente Léanëll…

La jeune fille recula d’un pas, et le dragon avança de deux, se qui correspondait a 6 mètres environs…

-B...Bonjour monsieur !

Les yeux du dragon brillèrent et il plaça ses yeux juste devant le visage de Léanëll.


Dernière édition par le Dim 7 Oct - 9:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
korriganette
Aube de printemps


Féminin Nombre de messages : 486
Age : 57
Localisation : 17km de la forêt de Brocéliande
Date d'inscription : 07/08/2007

MessageSujet: Re: Histoire du monde d'Anariëll...   Jeu 4 Oct - 9:03

je viens de lire tes 3 chapitres Amarië Arywen et vais t'avouer ma grande que je n'ai qu'une hâte c'est de voir le 4ème arriver
super captivante ton histoire tu as de l'avenir!!!
korriganette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amarië Arywen
Elenna
Elenna


Féminin Nombre de messages : 878
Age : 22
Date d'inscription : 11/04/2007

MessageSujet: Re: Histoire du monde d'Anariëll...   Dim 7 Oct - 9:21

Merci beaucoup ton message me fait chaud au coeur et je suis en train de finir le 3ème...
Avec tout ce qu'il y a dans ma tête et que je vais devoir écrire je me demande si je pourrai tout mettre ici lol!
Merci de tes encouragements...
Passe un bon dimanche
biz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire du monde d'Anariëll...   Aujourd'hui à 22:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire du monde d'Anariëll...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Erik ORSENNA - Histoire du monde en neuf guitares
» [Kipling, Rudyard] La plus belle histoire du monde
» "Auteur" de la fabrique à histoire du monde imaginaire
» La grande histoire du monde arabe
» [Fluff] Les Elfes Syvlains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Fées  :: Aux Doigts de Fées :: Vos merveilleuses créations-
Sauter vers: