Forum de discussions autour du monde féerique
 
CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les histoires de Dames Blanches

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liline
Elbereth
avatar

Féminin Nombre de messages : 2488
Age : 38
Date d'inscription : 19/03/2007

MessageSujet: Les histoires de Dames Blanches   Sam 31 Mar - 8:47

Les histoires de Dames Blanches


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Lorsque la nuit est sombre la Dame Blanche Belle d'Elven se promène sur les landes et dans les plaines aux environ du château, de nombreuses taches de sang souillent sa robe. Souvent on aperçoit aussi un fantôme drapé dans un suaire qui vient à sa rencontre. Tous deux échangent des paroles d'amour et l'on se garde bien de les troubler. Ce sont les âmes de la dame d'Elven et d'un chevalier qui périt en la défendant; quand il fut mort, elle l'embrassa, puis s'enfonça un poignard dans le cœur.

L'ombre blanche de Midone, frappée par son père un jour qu'elle s'interposait entre lui et son époux, revient chaque nuit prier et pleurer sur les vestiges du château de Montaigle. Elle erre en silence en le cherchant désespérément; mais tous les 10 ans, au coup de minuit, elle l'appelle en poussant un seul cri: «Gilles !».

Les habitants de Pouancé voient régulièrement une femme vêtue de blanc qui s'élève comme une vapeur légère, un doigt posé sur les lèvres. Elle soupire et plane au-dessus des remparts ruinés du château. C'est le spectre d'une noble dame séquestrée et emmurée par un mari jaloux dans une des salles souterraines de la forteresse. On y a mis à jours une chambre secrète où se trouvait la dépouille desséchée d'une femme assise devant une table garnie d'une assiette et d'un couvert d'argent. Dans la bouche grande ouverte du cadavre encore lié à son fauteuil, étincelait une pièce d'or.

Une femme blanche se penche, la nuit, au-dessus des créneaux du château de Montafilant, près de Corseul, en Haute Bretagne, avant de disparaître dans les souterrains d'où on l'entend compter des pièces d'or et pleurer. Cette ombre diaphane est celle d'une dame de la maison de Dinan que son écuyer vendit pour une forte récompense, et elle revient ainsi réclamer à ce serviteur félon le prix qu'il a reçu pour sa trahison.

Il y a de cela bien longtemps, des nones enfouirent un énorme coffre rempli d'or et d'objets précieux dans une caverne près du village de Haselbourg. Depuis leurs âmes errent la nuit dans la compagne jusqu'au jour où un humain découvrira le trésor et en prendra possession. De temps à autre elles apparaissent à des promeneurs solitaires. Une fois un jeune homme vit dans un verger une dame vêtue de blanc. Elle tenait en main un trousseau de clefs et le lui tendait avec insistance. Mais le garçon s'enfuit, épouvanté, poursuivit par les cris désespérés de la «conjurée». Elle se montra ensuite à une jeune fille qui refusa aussi les clefs. La religieuse fondit en larme et disparut.

Tous les 100 ans une Dame Blanche se montre au bord de l'étang d'Offémont. Elle tient, serrée entre les dents une clef de feu. Si on acceptait de s'en servir, elle serait délivrée de sa damnation.

Au pays de Galles, dans la vallée d'Ogmore, les luits de pleine lune, on entend des chants lugubres venir des ruines du château voisin. C'est la voix de la Dame Blanche, Y Lady Wen, qui veille un «noir trésor». On s'enferme, on se terre, on éteint de peur qu'elle ne vienne frapper à la porte pour en proposer l'accès. Hélas toujours le passant demeure sourd à ses supplication. Un fois encore il s'enfuit, dédaignant la caresse d'un corps astral sous une robe de lune; refusant l'or des Fées - car toutes leurs actions, lorsqu'elles se montrent aux hommes, n'ont d'autre but que de se libérer de la malédiction qui les condamne à la hantise et les empêche d'accéder au repos.

La Demoiselle Blanche de Tonneville règne sur les landes depuis qu'elle s'était écriée:«Si après ma mort j'avais un pied dans le ciel et l'autre en enfer, je retirerais le premier pour avoir toute la lande à moi». Un homme qui traversait son lieu de hantise entendit une voix féminine très douce qui demandait:«Où coucherai-je cette nuit ?». Le cavalier, apercevant une belle demoiselle en blanc, répondit:«Avec moi.» Aussitôt la jeune fille sauta en croupe derrière lui. Mais quand il voulut l'embrasser, elle lui montra des dents q'une longueur démesurée et s'évanouit. Il s'aperçut alors qu'elle l'avait conduit au milieu des marais pour le voir s'y noyer.

Dans la forêt de Serre, et les bois de la Faux, en Jura, les Dames Blanches attirent les garçons par des chants mélodieux et des gestes amoureux, puis se transforment en Goules pour les dévorer.
La Dame Blanche de la cathédrale de Strasbourg conduit vers les hauteurs le visiteur imprudent jusqu'à ce que le vertige le pousse dans le vide.
La Demoiselle Blanche au miroir étourdit et fait tournoyer sa victime dans les airs avant de la laisser retomber sans mémoire.

Il y avait autrefois à Mortaille-sur-Sèvre une fontaine qui inspirait la terreur. Après avoir fait 5 fois le tour du dallage, on voyait apparaître une forme blanche ressemblant à une statue de neige qui soupirait et s'agitait. Les formes se précisaient et l'on pouvait voir une grande femme aux cheveux clairs, vêtue d'une robe blanche. Rempli d'effroi, on voulait s'enfuir. Mais sans cesse l'ombre rattrapait le fuyard et ne retournait à ses fumées qu'après lui avoir prédit peines et deuils qui toujours se réalisaient.

La petite Blanquette des fontaines fait régulièrement la une des journaux.

Même un peu partout, à notre époque, la même histoire se répète: il fait nuit, il pleut, les phares de la voitures éclairent brusquement au coin d'un carrefour de campagne la forme mince d'une jeune fille vêtue de blanc. Elle fait signe de la main et le conducteur s'arrête, pour la conduire plus loin. Elle paraît si fragile dans sa robe trempée qu'il lui propose son manteau. Après quelques kilomètres, elle lui montre où l'arrêter; et avant même qu'il ne ralentisse et se gare, elle disparaît comme ça, tout à coup sans bruit, sans ouvrir la portière. Il aimerait récupérer son manteau que, dans la hâte, elle a emporté. La porte d'une maison s'ouvre, une dame le fait entrer et se trouble à son récit, sanglote à la description de l'inconnue dont il reconnaît les traits sur la photographie qu'elle lui tend: c'est celle de sa fille, tuée dans un accident il y a 5 ans. Une voiture l'a renversée justement à ce carrefour. Ce n'est pas la première fois qu'elle «revient»; d'autres automobilistes sont déjà venu lui raconter leur étrange aventure. A chaque fois «la blanche passagère» s'évanouit devant son ancienne demeure et regagne le cimetière.
Sur la pierre tombale de la jeune défunte, qu'il est allé visiter sans trop y croire, son manteau est posé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesportesdeliandre.forumactif.org
 
Les histoires de Dames Blanches
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» palet des dames
» Contes et Histoires philosophiques
» The Paradise, "Au bonheur des dames" adapté par la BBC
» [Collection] Les Histoires illustrées (Jacquier)
» histoires de gamins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Fées  :: La Tanière du Sage Dragon :: Mythes et folklores-
Sauter vers: