Forum de discussions autour du monde féerique
 
CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'arbre et la sorcière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liline
Elbereth
avatar

Féminin Nombre de messages : 2488
Age : 37
Date d'inscription : 19/03/2007

MessageSujet: L'arbre et la sorcière   Ven 11 Mai - 9:29

L'arbre et la sorcière



Elle était fille de Lune Rousse et les pouvoirs de la Forêt couraient dans ses yeux verts. On la disait sorcière!

La sentence impitoyable des serviteurs du Dieu d'amour était tombée: il fallait l'attraper et la livrer aux flammes, car elle avait commis le «crime» d'être fruit des amours de la Dame de Mai et du Prince de la Forêt. Pour combe de paganité, elle parlait avec le Vent, dansait avec l'elfe, tressait les fleurs sauvages en l'honneur de la Déesse...

Lors, les braves curés, le bras séculier et le «marteau» régulier, luttant contre le «culte des idoles» et les «sacrifices humains» que l'on disait perpétrés par les druides en de sombres rituels, voulaient immoler le jeune corps de la belle au pied d'une statue de pénitence et la faire périr en hommage à leur dieu de clémence! La traque à mort était lancée. La jeune fille, échevelée, déchirée, s'enfuyait pieds nus à travers la Forêt. Épuisée, haletante, s'appuie sur un Arbre, les cheveux emmêlés, pleins de feuilles et de brindilles, les mains agrippées à ses basses branches.

- Ô Seigneur Arbre, cache-moi, sauve-moi!...ces semeurs de mort veulent me mettre en pièces... les chiens... les torches... les curés aux faces de mort... Ô Seigneur Arbre, sauve-moi!

Et le vieil Arbre frémit. Une fissure apparaît dans l'énorme tronc noueux s'ouvre sur une sombre caverne originelle. La felle affolée, écoutant les récris et les abois se rapprocher, se glisse en hâte à l'intérieur de ce refuge matriciel, merveilleux havre rassurant de sève et de sagesse, de la force de jeunesse de mille et trois printemps; gouttelettes de miel, réconfort couleur de Soleil, bruine argentée, jouvence éternelle, tapis de mousse où délasser les menus pieds blessés... silence d'amour et de sérénité, richesse de toutes les saisons, palais caché du coeur des dieux...

Au dehors, dans le monde envahi par la folie des hommes, la haine fait rage et déferle, crucifix brandi, suivie de son armée de frigidité, de stérilité, de peur et de laideur... Horreur! des traces de sang sur les feuilles et racines! les chiens bardés de fer, aiguillonnés des mauvaises intentions de leurs maîtres, ont flairé le tendre parfum de la belle... On cherche, on gratte, on casse, on écrase, on met à la mousse et les pousses et les étoiles d'or de l'élanor.

- Par sainte Sévère, où est passée la garce?

Les bâtards donnent de la voix autour de l'Arbre. On pousse les plus jeunes des tueurs vers ce crime pour scruter les branchages. Les chiens aboient plus fort... les sectataires du dieu de misère invoquent leurs esprits punisseurs à l'insoutenable puanteur de sainteté.

- Par Judas, Saint Pancrace et Sainte Thècle, que la main du Dieu vengeur s'abatte sur l'infidèle!

Un ahuri, aux yeux de piété, aux lèvres écumantes de foi, au poing tendu vibrant de charité chrétienne, se met à vociférer.

- Dans l'arbre, dans le bon diou d'arbre!

Un coup de coude bien envoyé dans les côtes le fit taire.

- Abruti, y a rien là-haut!

- Pas là-haut, hurla l'autre en furie, là-dedans!

Et il tapa sur l'Arbre vénérable.

- Tu vois bien que les traces son putain de sang vont pas plus loin.

Soudain, les enragés avaient compris.

«Autour de l'Arbre ils ont lié des fagots
Et nous ont brûlé ensemble,
Sève et sang mêlés,
Sous le Soleil qui flambe!»

Triomphe de la méchanceté, de la bêtise et de la cruauté. Indigence de vitalité. Âmes désertiques, coeurs empoisonnées. Victoire de courte durée...

«J'ai brûlé sur mille et mille bûchers,
Avec toutes les sorcières, avec toutes les fées.
Mais l'énergie vitale ne meurt jamais,
Tout se ranime et palpite au coeur de la Forêt.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesportesdeliandre.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'arbre et la sorcière   Jeu 2 Déc - 10:07

J'ai beaucoup aimé cette histoire et j'ai apprécié ce passage :

«Autour de l'Arbre ils ont lié des fagots
Et nous ont brûlé ensemble,
Sève et sang mêlés,
Sous le Soleil qui flambe!»

*très jolie

Revenir en haut Aller en bas
 
L'arbre et la sorcière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'arbre et la sorcière
» tuto sorcière
» La Saga des sorcières Mayfair [Anne Rice]
» La sorcière sportive
» [Vachss, Andrew] La sorcière de Brooklyn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Fées  :: La Tanière du Sage Dragon :: Mythes et folklores-
Sauter vers: