Forum de discussions autour du monde féerique
 
CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La harpe celtique

Aller en bas 
AuteurMessage
Gelirwen
Holda
Holda
avatar

Féminin Nombre de messages : 57
Localisation : Eryn Galen
Date d'inscription : 15/03/2011

MessageSujet: La harpe celtique   Sam 16 Avr - 20:04

Voici un instrument que je compte pratiquer dès l'année prochaine:(informations prises sur Wikipédia)

La harpe celtique est un instrument de musique ancien répandu en Irlande (cláirseach), en Écosse (clársach), au Pays de Galles (telyn) et en Bretagne (telenn) pour jouer et accompagner la musique celtique. Elle jouit d'un regain de popularité assez récent en Bretagne, depuis les années 1950. Plus petite que la harpe de concert, elle est plus maniable. Elle possède un répertoire propre né de l'époque où elle était l'instrument des musiciens ambulants. Elle fait notamment partie des symboles de l'Irlande


Les harpes triangulaires celtiques seraient d'abord apparues chez les Pictes de Pierres en Écosse au VIIIe siècleet plus tard en Irlande au XIe siècle. En Irlande entre le XIIe siècle et le XVe siècle, les personnes aveugles qui ne pouvaient pas participer aux travaux habituels étaient alors dirigés vers le filage de la paille pour rempaillage de chaises ou bien on leur enseignait la harpe. Les aveugles furent nombreux parmi les harpistes de l'époque et souvent de très bons joueurs et compositeurs, leurs sens du toucher et de l'ouïe étant très développés. Le compositeur Turlough O'Carolan était lui-même aveugle. De ce fait beaucoup d'œuvres ne furent transmises que par oral et un très grand nombre d'entre-elles ont aujourd'hui disparu.

Seuls trois exemplaires de harpes celtiques anciennes (appelées aussi « harpes gaéliques ») nous sont parvenues: la harpe dite de Brian Boru, exposée au Trinity College de Dublin, la harpe de la Reine Marie et la harpe de Lamont, ces deux dernières étant conservées en Écosse, au National Museum d’Édimbourg. Le plus ancien fragment (12ème ou 13ème siècle) a été trouvé dans une tourbière irlandaise.
La harpe de la Reine Marie, est une des dernières harpes médiévales.


Sa colonne cintrée la rend reconnaissable entre toutes les harpes. Elle possède généralement 32 à 38 cordes. De nos jours, les cordes sont le plus souvent en nylon, mais on trouve aussi des instruments montés avec cordes de bronze, en acier, en fibre de carbone ou en boyau (de mouton).

Des « taquets » ou « palettes » ou encore « leviers » (d'où le nom lever harp en anglais), fixés près de la partie supérieure de chaque corde, permettent de modifier la hauteur des notes d'un demi-ton pour jouer les altérations (dièses/bémols). On accorde généralement la harpe celtique en mi bémol majeur avec les taquets en position basse, ce qui permet ensuite de jouer dans les tonalités ayant jusqu'à quatre dièses ou trois bémols.


La harpe celtique correspond à tout un répertoire traditionnel irlandais, écossais et breton, mais elle s'adapte aussi à des répertoires classiques et contemporains (jazz, new age, musique contemporaine...). Elle accompagne idéalement le chant soliste.

Sa petite taille en fait un instrument de choix pour débuter l'apprentissage de la harpe à pédales, bien qu'elle possède une technique de jeu propre, différente du jeu sur harpe classique.

La harpe celtique est, au départ, un instrument à la sonorité douce et harmonieuse, exprimant la gaité, la mélancolie ou la rêverie. Mais les harpistes celtiques peuvent passer selon l'humeur, du très doux au très hargneux, par le jeu ou les effets électroniques.

Le terme « harpeur » est utilisé pour distinguer les joueurs de harpe celtique des harpistes « classiques ». Cependant, on entend aussi qu'il est utilisé pour établir une distinction entre ceux qui jouent avec les ongles sur harpes cordées en métal et ceux qui jouent avec la pulpe du doigt sur harpes cordées en boyau ou nylon.


Le Dagda, dieu-druide de la mythologie celtique, est aussi le dieu tutélaire des musiciens et, à ce titre, il possède une harpe magique qui a la particularité de savoir toutes les mélodies de la musique et de pouvoir les jouer toute seule, sur simple demande du dieu.

Anciens :

* Turlough O'Carolan, né en 1670, le plus connu des harpiste professionnels d'Irlande, admirateur de Vivaldi. Sa mort est généralement considérée comme marquant le déclin de la tradition harpistique en Irlande, quoi que le Festival de Belfast, 50 ans plus tard, ait encore réuni 10 harpistes. Ses compositions sont encore très jouées par les harpistes actuels.
* Ruairi Dall O'Cathain autre harpiste aveugle irlandais né vers 1570 et décédé vers 1650. Aurait servi à la cour de Jacques Ier d'Angleterre. Il nous a laissé une œuvre moins abondante que O'Carolan, mais certaines de ses pièces, en particulier Tábhair dom do Lámh (« Donne-moi la main ») restent des classiques du répertoire traditionnel.

Contemporains :
une harpe celtique de petite taille

* Alan Stivell, Breton qui, avec son père, Jord Cochevelou, a fait renaître la harpe celtique sur le continent et suscité un regain d'intérêt dans les autres pays celtes et dans le monde.
* Myrdhin, Breton au nom de scène gallois, fondateur des Rencontres Internationales de Harpe Celtique qui se déroulent chaque année à Dinan (Côtes d'Armor).
* Derek Bell (1935-2002), Irlandais membre du groupe « Chieftains ».
* Loreena McKennitt, Canadienne d'origine irlandaise, célèbre pour sa « World Celtic Music ».
* Dominig Bouchaud, premier prix de harpe classique au Conservatoire National Supérieur de Paris, compositeur et professeur de harpe celtique à l'école nationale de musique de Quimper.
* Jochen Vogel, Allemand, au travers d'un style de jeu très contemporain, il conjugue la harpe cordée en métal aux musiques traditionnelles et actuelles.
* Les frères Quefféléant, du groupe breton Triskell.
* Katrien Delavier (1961-1998), originaire du nord de la France
* Et aussi : Mariannig Larc'hantec, Kristen Noguès, Violaine Mayor, Françoise Cornwell, Sedrenn ; aux USA : Kim Robertson, Aryeh Frankfurter, ...
* Armelle Gourlaouën est une des seules harpistes en France à jouer de trois harpes différentes en concert. Elle utilise la harpe classique, la harpe celtique et la harpe troubadour.
* Gwenaël Kerléo, élève de Muriel Chamard-Bois. Cette artiste compose tous ses morceaux et allie le traditionnel breton à sa touche personnelle. Elle a sorti quatre albums : Terre Celte, Chemin de Brume, Yelen et Pevar.
* Gildas Taldir-Jaffrenou
* Jord Cochevelou
* Denise Mégevand
* Elisa Vellia, harpiste d'origine grecque, installée dans le Finistère. Elle a sorti deux albums lorsqu'elle faisait partie du duo Sedrenn. Aujourd'hui, elle en est à son deuxième album solo.
Voici une petite vidéo:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La harpe celtique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Forum de harpe celtique
» LA HARPE CELTIQUE
» La harpe celtique
» Harpe
» Arbres dans l'Astrologie Celtique (petit jeu)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Fées  :: L'Arbre aux Merveilles :: Musiques et Chansons mélodieuses-
Sauter vers: